Représentant-e-s des doctorant-e-s dans la commission de coordination et de gestion (CCG)

La Commission de coordination et de gestion (CCG) est l'organe qui pilote les programmes doctoraux de la CUSO, dans leur ensemble, et décide en particulier de leurs budgets. Elle regroupe des représentant-e-s des rectorats et direction des universités membres et partenaires. Elle accueille également, à titre consultatif, deux représentant-e-s des doctorant-e-s inscrit-e-s dans ses programmes et immatriculé-e-s dans l'une des universités membres de la CUSO (Fribourg, Genève, Lausanne, Neuchâtel et IHEID).

Ces deux personnes sont élues par leurs pairs, doctorant-e-s des universités membres de la CUSO et inscrit-e-s dans au moins un de ses programmes. Un appel à candidatures a été adressé le 19 juin 2018 à l'ensemble des doctorant-e-s concerné-e-s. À l’issue du délai de candidature, fixé au 20 août, et même plusieurs semaines après ce délai, nous n’avons pu enregistrer que deux candidatures confirmées, pour les deux positions à pourvoir.

Il s'agit de M. Kilian Wirth, de l'Université de Genève (sciences de l'éducation), et de M. Sandro Weilenmann, de l'Université de Fribourg (histoire de l'art).

Dans cette situation, l’organisation d’un vote, qui aurait été purement formel, ne semblait pas une démarche constructive. Avec l'accord de la CCG et des deux candidats, ceux-ci ont donc été déclarés tacitement élus.

Liste des candidat-e-s

M. Kilian WIRTH
 
Université de Genève
 
Sciences de l'éducation
 
Kilian.Wirth@unige.ch

Je travaille comme assistant-doctorant au sein du Groupe Genevois d’Analyse des Politiques Educatives (GGAPE), équipe dirigée par le prof. Georges Felouzis. Après avoir obtenu un Bachelor en enseignement pour les degrés primaires et un Master en analyse et intervention dans les systèmes éducatifs, c’est en janvier 2018 que j’ai démarré ma thèse.

Tout au long du Master en Sciences de l’éducation, j’ai décidé de donner une orientation sociologique à mes études. Privilégiant cette approche, j’ai ensuite fait le choix d’intégrer un ancrage politique à mes réflexions. Rejoindre la Commission de Coordination et de Gestion en tant que représentant des doctorant-e-s constitue une réelle opportunité de développer la formation des jeunes chercheur-euse-s. En effet, le «métier» de doctorant-e est marquée d’obstacles et de difficultés qui peuvent être surmontés grâce aux formations de la CUSO.

Suite à diverses discussions, en particulier avec une représentante des doctorant-e-s au sein du comité scientifique des Etudes doctorales en Sciences de l’éducation (EDSE), j’ai pu saisir l’importance de cette responsabilité. S’engager pour la formation des doctorant-e-s mais également pour le statut de doctorant-e constitue un enjeu-clé pour la relève de la recherche dans l’ensemble des domaines académiques.

M. Sandro WEILENMANN
 

Université de Fribourg
 
Histoire de l'art
 
sandro.weilenmann@unifr.ch

Après avoir terminé mon BA en histoire de l’art à Zurich et Berlin ainsi que mon MA à Londres j’ai commencé mon doctorat à l’université de Fribourg en été 2017. Ma thèse (soutenu par la bourse FNS Doc.CH) porte sur l’œuvre de Adrian Piper, une artiste américaine qui a lancé sa carrière artistique en 1960. A côté de ma passion pour les études d’art contemporain je suis très intéressé par le théâtre
contemporain, le débat entre art et politique, et les voyages avec sac à dos.
Pendant mes études à l’université de Zurich je faisais parti du comité de l’association des étudiant-e-s en histoire de l’art, j’étais représentant des étudiant-e-s et délégué pour le Conseil de Faculté pendant plusieurs années. En tant que représentant et délégué, je pouvais en apprendre plus sur l’organisation et les débats divers qui caractérisent les instituts universitaires. Ce sont ces expériences qui motivent ma candidature comme délégué des doctorant-e-s. La CCG supervise la coordination, les budgets et les évaluations des programmes doctorales de CUSO et comme telle joue un rôle important dans l’arrangement de l’environnement d’une dissertation. Mon but est de représenter et défendre le point de vue des doctorant-e-s dans la commission et de discuter des nouveaux moyens pour mieux accompagner le déroulement d’une
thèse. J’aimerais me remuer pour une meilleure intégration des doctorant-e-s dans les écoles doctorales, le rattachement aux programmes internationaux et pour la recherche et l’enseignement universitaire sans
discrimination.

Extrait de la Convention relative à la CUSO:

Article 9              Commission de coordination et de gestion, composition

La Commission de coordination et de gestion est composée
  a)  d’un membre du rectorat de chacune des universités membres;
  b) de deux représentants pour l’ensemble des institutions universitaires associées à la CUSO au sens de l’art. 2; ces représentants, en principe membres de la direction de leur institution, sont désignés d’un commun accord par les membres associés;
  
c)  du secrétaire général.

Assistent en outre aux séances, à titre consultatif, deux représentant-e-s des doctorant-e-s régulièrement inscrit-e-s dans les différents programmes doctoraux, élu-e-s par leurs pairs selon des modalités définies par la Commission de coordination et de gestion.

La Commission de coordination et de gestion peut accueillir des invités, en particulier d’autres personnes déléguées par les parties ou les institutions associées à la présente convention, ainsi que des représentants d’autres institutions universitaires partenaires au sens de l’art. 15.

La Commission de coordination et de gestion désigne son président parmi les personnes mentionnées à la lettre a) ci-dessus. La durée du mandat est de quatre ans, renouvelable.

Par l'intermédiaire du secrétariat général, la Commission de coordination et de gestion maintient des contacts réguliers avec les faîtières des associations représentatives des étudiant-e-s, du corps intermédiaire et des doctorant-e-s.

Article 10              Commission de coordination et de gestion, compétences

La Commission de coordination et de gestion assume, avec l’appui du secrétariat général, la gestion opérationnelle des activités du réseau.

Elle administre les activités communes placées sous l’égide de la CUSO. En particulier, elle :
  a)  veille au bon déroulement des activités organisées par les commissions chargées de mandats au sens de l’art. 6, al. 2;
  b)  décide des crédits mis à leur disposition dans le cadre du budget global adopté par le Conseil académique;
  c)  contrôle la conformité de leur exécution.

La Commission de coordination et de gestion est également chargée de la mise en œuvre des actions de coordination de la CUSO dans tout autre domaine défini par celle-ci.

Elle assure l’exécution des conventions et accords placés sous l’égide de la CUSO, à moins que ces textes n’en disposent autrement.

Dans tous ses domaines de compétence, la Commission de coordination et de gestion peut élaborer des propositions à l’intention du Conseil académique.

6 Les décisions sont prises à la majorité simple des membres présents ayant voix délibérative. La Commission de coordination et de gestion peut valablement délibérer lorsque les deux tiers au moins de ses membres ayant voix délibérative sont présents ou représentés.