ÉLECTION des représentant-e-s des doctorant-e-s dans la commission de coordination et de gestion (CCG)

 

La Commission de coordination et de gestion (CCG) est l'organe qui pilote les programmes doctoraux de la CUSO, dans leur ensemble, et décide en particulier de leurs budgets. Elle regroupe des représentant-e-s des rectorats et direction des universités membres et partenaires. Elle accueille également, à titre consultatif, deux représentant-e-s des doctorant-e-s inscrit-e-s dans ses programmes et immatriculé-e-s dans l'une des universités membres de la CUSO (Fribourg, Genève, Lausanne, Neuchâtel et IHEID).

Ces deux personnes sont élues par leurs pairs, doctorant-e-s des universités membres de la CUSO et inscrit-e-s dans au moins un de ses programmes. Le vote se fait en ligne, sur invitation personnelle (courriel venant du système Qualtrics) adressée à chaque doctorant·e des universités membres inscrit·e dans myCUSO. Les représentant·e·s sont élu·e·s à la majorité simple pour un mandat renouvelable de deux ans.

Pour la période d'octobre 2018 à septembre 2020, les représentants élus étaient M. Kilian Wirth, de l'Université de Genève (sciences de l'éducation), et de M. Sandro Weilenmann, de l'Université de Fribourg (histoire de l'art). K. Wirth est candidat pour un second mandat.

 

Liste des candidat-e-s

 

 

M. Kilian WIRTH
représentant des doctorant·e·s depuis 2018
 
Université de Genève
 
Sciences de l'éducation
 
Kilian.Wirth@unige.ch

 
 

Je travaille comme assistant-doctorant au sein du Groupe Genevois d’Analyse des Politiques Educatives (GGAPE), équipe dirigée par le prof. Georges Felouzis. Après avoir obtenu un Bachelor en enseignement pour les degrés primaires et un Master en analyse et intervention dans les systèmes éducatifs, c’est en janvier 2018 que j’ai démarré ma thèse.

 
 

Tout au long du Master en Sciences de l’éducation, j’ai décidé de donner une orientation sociologique à mes études. Privilégiant cette approche, j’ai ensuite fait le choix d’intégrer un ancrage politique à mes réflexions. Rejoindre la Commission de Coordination et de Gestion en tant que représentant des doctorant-e-s constitue une réelle opportunité de développer la formation des jeunes chercheur-euse-s. En effet, le «métier» de doctorant-e est marquée d’obstacles et de difficultés qui peuvent être surmontés grâce aux formations de la CUSO.

 

Suite à diverses discussions, en particulier avec une représentante des doctorant-e-s au sein du comité scientifique des Etudes doctorales en Sciences de l’éducation (EDSE), j’ai pu saisir l’importance de cette responsabilité. S’engager pour la formation des doctorant-e-s mais également pour le statut de doctorant-e constitue un enjeu-clé pour la relève de la recherche dans l’ensemble des domaines académiques.

 
 

M. Arnaud BURGESS
 

Université de Lausanne
 
Science politique
 
arnaud.burgess@unil.ch

 
 

Ayant étudié la Science Politique à l'Université de Genève en Bachelor et le Management Public à Lausanne en Master, j'ai commencé ma thèse en décembre 2018. Cette dernière porte sur la mise à l'agenda des politiques publiques de coopération transfrontalière en Europe.
Membre du programme CUSO Science Politique, ayant participé déjà à de nombreux workshops et séminaire CUSO Science Politique et d'autres programmes mais aussi membre du comité CUSO Science Politique.

 
 

Je me porte candidat car je considère que le programme CUSO est une véritable plus value pour les doctorants. Il leur permet non seulement de se former en continue et d'améliorer leurs connaissances mais aussi leur pratique des outils de recherches. Les formation transversales proposées par CUSO sont aussi essentielles car certaines d'entre elles sont tournées vers comment mettre à profit dans le monde professionnel l'expérience de doctorant. La CUSO permet aussi de rencontrer des chercheurs venant d'autres universités ce qui est stimulant mais aussi représente des opportunités de construire un réseau pour les doctorantes et les doctorants.
Maintenir et développer ses nombreux points positifs dans l'intérêt des doctorants et des doctorantes est ce qui me motive à présenter ma candidature à la CCG.

 
 

Mme Line Élodie DERUNGS

 

Université de Lausanne

 

Droit

 

line.derungs@unil.ch

 
 

Actuellement assistante du Prof. Alexandre Richa en droit des marchés financiers, j'ai auparavant exercé en tant que gestionnaire autorisation à la FINMA à Berne, à la Justice de paix de l'Ouest lausannois en tant que greffière ad hoc, comme cheffe du département juridique de SwissBorg SA (start-up lausannoise active dans la gestion de fortune en cryptomonnaies) ainsi qu'auprès d'une Etude d'avocats à Genève en droit financier et des nouvelles technologies. Je parle couramment Anglais et Français et ai une bonne compréhension de l'Allemand dû à mon activité professionnelle passée à Berne (je le parle également au niveau intermédiaire). Dynamique et organisée, je suis maman d'une petite fille de 4 ans et suis passionnée de trail en montagne ainsi que d'escalade. 

 
   
 

Les ateliers de la CUSO constituent pour moi un point d'ancrage me permettant de dialoguer avec d'autres doctorants ou professeurs ainsi que d'explorer des domaines techniques sous l'égide de professionnels aguerris (par exemple atelier approfondi sur les financial contracts donnée en 2019 à l'UNIL). C'est d'ailleurs lors de mon premier atelier CUSO intitulé  "Comment bien débuter son doctorat en Droit" que j'ai pu réellement prendre mon envol en tant que chercheuse. En effet, cet atelier m'a permis de mieux me familiariser avec les tenants et aboutissants du statut de doctorante ainsi que de voir que j'étais entourée et non "seule sur mon île". C'est à cet occasion que je me suis promis d'apporter, dès que l'occasion se présenterait, ma contribution afin que d'autres doctorants bénéficient de ce soutien agréable et efficace au cours de leur recherches. Persuadée que tant mes expériences professionnelles passées que mes compétences linguistiques me permettront de représenter efficacement les doctorants au sein de la CCG, j'ai également pu me forger des compétences similaires lors de mon mandat en tant que membre du comité de direction de la Swiss Legal Tech Association en charge des activités de recherche et de rédaction (notamment Project Manager pour la rédaction du white paper "Data, Blockchain and Smart Contracts – Proposal for a robust and forward-looking Swiss ecosystem" CF. https://www.swisslegaltech.ch/wp-content/uploads/2018/05/SLTA-Regulatory-Task-Force-Report-2.pdf) ainsi qu'actuellement dans le cadre de mon mandat au sein de l'Advocacy Committee de la Swiss Finance + Technology Association (https://swissfinte.ch/activities/advocacy/#!directory).  C'est dès lors avec grand plaisir que je soumets ma candidature pour le poste ouvert au concours. Je serais sincèrement honorée d'avoir la chance de représenter les intérêts des doctorants au sein de la CCG. 

 

 
 

Mme Cindy LERIN

 

Université de Fribourg

 

Droit

 

cindy.lerin@unifr.ch

 
Après un Bachelor et un Master en droit aux Universités de Fribourg (CH), Georgetown (US) et Linz (A), j’ai le plaisir de poursuivre ma formation de juriste avec une thèse de doctorat en droit commercial sous la direction du Prof. Walter Stoffel à l’Université de Fribourg. Mon sujet de thèse porte sur les groupes de sociétés et la protection de l’environnement et mes recherches se concentrent principalement sur la mise en oeuvre de la responsabilité des groupes de sociétés pour les atteintes que leurs activités causent à l’environnement. Au-delà des réflexions on ne peut plus actuelles qu’elle soulève, la thématique de ce travail me tient également à coeur. En parallèle à la rédaction de ma thèse de doctorat, j’ai la chance de travailler en tant que juriste au sein d’une Etude d’avocats à Genève. La combinaison de ces deux activités m’offre un aperçu complémentaire du milieu académique, d’une part, et de la pratique, d’autre part. Cette complémentarité - et non cette différence - se retrouve à plusieurs niveaux. Celui qui m’importe le plus, et que j’aurais plaisir à promouvoir en tant que représentante des doctorants de la CUSO, est la reconnaissance et l’intégration du travail de l’un et l’autre des milieux académique et pratique. En effet, à quoi mènerait la recherche si elle ne trouvait aucune réalisation pratique et comment évoluerait la pratique si elle ne reposait pas sur les recherches d’académiciens ? Je suis persuadée que la CCG est le bon endroit pour faire entendre les attentes des doctorants et pour tout faire pour y répondre.
 

M. Michael REDMOND

 

Université de Neuchâtel

 

Langue et littérature allemande

 

michael.redmond@unine.ch

 
D’origine australienne, je suis venu en Suisse afin de poursuivre mes études en médiévistique et linguistique germanique à l’Université de Zurich en 2014. Depuis 2020, je travaille en tant qu’assistant-doctorant à l’institut de langue et littératures allemandes de l’UniNE. Mon centre d’intérêt principal est la linguistique historique, en particulier la grammaire et son interface avec la sémantique, la pragmatique et le discours.Étant doctorant à la plus petite partenaire CUSO, j’apprécie le «pont» qu’elle crée entre doctorant·e·s de différentes universités et j’aimerais contribuer à cultiver ces points d’échange ainsi que les liens outre les frontières de la Romandie. De plus, j’ai foi en les activités de la CUSO qui donnent aux doctorant·e·s l’occasion de réfléchir sur et d'améliorer les compétences qui les accompagnent dans leurs carrières dans et hors l’académie. Mon expérience en tant que représentant estudiantin à l’évaluation de l’institut et organisateur d’une conférence estudiantine pendant mes études BA/MA m’ont préparé pour ce genre d’activité et sont l’origine de ma motivation à postuler pour être délégué. À cette fin je souhaiterais m’engager pour que la CUSO puisse fournir le meilleur soutien possible aux doctorant·e·s et continuer à créer les ponts et outils nécessaires aux jeunes chercheurs·euses.
 

M. Simon THUILLARD

 

Université de Fribourg

 

Psychologie

 

simon.thuillard@unifr.ch

 
Je suis doctorant FNS en début de 3ème année en psychologie du travail à l’Université de Fribourg, dans le groupe « Ergonomie cognitive » du Prof. Juergen Sauer. Après un bachelor à Lausanne et un master en Psychologie clinique à Fribourg, j’ai travaillé pendant 2 ans et demi à l’Université de Lausanne en tant que chercheur junior sur un projet portant sur la régulation émotionnelle. Depuis juin 2018, j’ai commencé ma thèse sur le stress social et la performance dans les interactions homme-machine.Dès mon travail en tant que chercheur junior à l’Université de Lausanne, j’ai côtoyé des doctorants et ai pu prendre conscience de l’ampleur de la tâche que représente une thèse. En me lançant dans mon propre doctorat, j’ai très rapidement suivi de nombreuses formations de la CUSO, que ce soit dans le programme transversal ou celui de Psychologie. Je suis donc tout à fait conscient de l’importance de ces formations pour le succès d’une thèse et même de l’après-thèse, que ce soit dans le domaine académique ou privé. En tant que représentant de l’Université de Fribourg pour le programme doctoral en Psychologie depuis le printemps 2019, et pour le Comité de pilotage du programme transversal depuis l’été 2019, la CCG est une suite logique de mon engagement dans la CUSO et me permettra de continuer à rapporter et défendre le point de vue des doctorants.
 

M. Émilien TORTEL

 

IHEID

 

Histoire contemporaine

 

emilien.tortel@graduateinstitute.ch

 
Depuis 2018 je suis doctorant en histoire à l’IHEID. Ma recherche questionne l’existence d’une « internationale solidaire » pendant la Seconde Guerre mondiale sur la route de l’exil entre Marseille et New York à travers les figures de l’humanitaire, du diplomate et du réfugié politique. Auparavant, j’ai obtenu un master en histoire contemporaine à Paris-Sorbonne, puis j’ai travaillé trois ans à France terre d’asile contre la traite des êtres humains. J’ai aussi été un accro — pré-covid — au wwoofing pour expérimenter un mélange entre nature, tourisme local et solidarité internationale.Basé sur mon expérience personnelle avec la CUSO, je suis persuadé de son importance pour les doctorant.e.s.x et plus largement la communauté scientifique romande. Je souhaiterais dès lors promouvoir et défendre sur chaque thème soulevé au sein de la commission l’intérêt des doctorant.e.s.x et non pas faire simplement acte de présence. Mes contrats réguliers au sein du Pôle Santé Social de l’UNIGE me rendent particulièrement sensible aux problématiques économiques qui nous touchent. Je serais donc attentif à l’importance de la formation continue pour arriver sur le « marché du travail » académique avec des compétences transversales solides et exportables. Je souhaiterais aussi mettre en avant des programmes qui luttent contre les discriminations sociales, raciales et de genres dans le milieu académique. En somme, mes trois mots-clés seraient l’inclusion, la professionnalisation et l’international.

Extrait de la Convention relative à la CUSO:

Article 9              Commission de coordination et de gestion, composition

La Commission de coordination et de gestion est composée
  a)  d’un membre du rectorat de chacune des universités membres;
  b) de deux représentants pour l’ensemble des institutions universitaires associées à la CUSO au sens de l’art. 2; ces représentants, en principe membres de la direction de leur institution, sont désignés d’un commun accord par les membres associés;
  
c)  du secrétaire général.

Assistent en outre aux séances, à titre consultatif, deux représentant-e-s des doctorant-e-s régulièrement inscrit-e-s dans les différents programmes doctoraux, élu-e-s par leurs pairs selon des modalités définies par la Commission de coordination et de gestion.

La Commission de coordination et de gestion peut accueillir des invités, en particulier d’autres personnes déléguées par les parties ou les institutions associées à la présente convention, ainsi que des représentants d’autres institutions universitaires partenaires au sens de l’art. 15.

La Commission de coordination et de gestion désigne son président parmi les personnes mentionnées à la lettre a) ci-dessus. La durée du mandat est de quatre ans, renouvelable.

Par l'intermédiaire du secrétariat général, la Commission de coordination et de gestion maintient des contacts réguliers avec les faîtières des associations représentatives des étudiant-e-s, du corps intermédiaire et des doctorant-e-s.

 

Article 10              Commission de coordination et de gestion, compétences

La Commission de coordination et de gestion assume, avec l’appui du secrétariat général, la gestion opérationnelle des activités du réseau.

Elle administre les activités communes placées sous l’égide de la CUSO. En particulier, elle :
  a)  veille au bon déroulement des activités organisées par les commissions chargées de mandats au sens de l’art. 6, al. 2;
  b)  décide des crédits mis à leur disposition dans le cadre du budget global adopté par le Conseil académique;
  c)  contrôle la conformité de leur exécution.

La Commission de coordination et de gestion est également chargée de la mise en œuvre des actions de coordination de la CUSO dans tout autre domaine défini par celle-ci.

Elle assure l’exécution des conventions et accords placés sous l’égide de la CUSO, à moins que ces textes n’en disposent autrement.

Dans tous ses domaines de compétence, la Commission de coordination et de gestion peut élaborer des propositions à l’intention du Conseil académique.

6 Les décisions sont prises à la majorité simple des membres présents ayant voix délibérative. La Commission de coordination et de gestion peut valablement délibérer lorsque les deux tiers au moins de ses membres ayant voix délibérative sont présents ou représentés.