Représentant-e-s des doctorant-e-s dans la commission de coordination et de gestion (CCG)

 

La Commission de coordination et de gestion (CCG) est l'organe qui pilote les programmes doctoraux de la CUSO, dans leur ensemble, et décide en particulier de leurs budgets. Elle regroupe des représentant-e-s des rectorats et direction des universités membres et partenaires. Elle accueille également, à titre consultatif, deux représentant-e-s des doctorant-e-s inscrit-e-s dans ses programmes et immatriculé-e-s dans l'une des universités membres de la CUSO (Fribourg, Genève, Lausanne, Neuchâtel et IHEID).

 

Ces deux personnes sont élues par leurs pairs, doctorant-e-s des universités membres de la CUSO et inscrit-e-s dans au moins un de ses programmes. Un appel à candidatures est adressé par courriel à l'ensemble des doctorant-e-s concerné-e-s, en utilisant l'adresse fournie pour leur inscription dans myCUSO. À l’issue du délai de candidature de deux mois, les candidat-e-s sont présenté-e-s sur le site de la CUSO. Le vote se fait en ligne, sur invitation personnelle adressée à chaque doctorant·e  des universités membres inscrit·e dans myCUSO. Les représentant·e·s sont élu·e·s à la majorité simple pour un mandat renouvelable de deux ans .

 

Pour la période d'octobre 2022 à septembre 2024, les représentantes élues sont Mme Magali Cécile Bertrand, de l'Université de Lausanne (sciences du langage), et Mme Pauline Schaller, de l'Université de Fribourg (psychologie). Les deux suppléant·es sont Mme Safia Boudaoui, de l'Université de Fribourg (histoire et sciences des religions / études numériques) et M. Olivier Kirchhoffer, de l'Université de Genève (sciences pharmaceutiques).

 

Résultats — sont élu·e·s :

 

Mme Magali Cécile BERTRAND
 
Université de Lausanne
Faculté des lettres

Sciences du langage

[email protected]

Active dans le domaine pédagogique depuis une quinzaine d'années, j'ai construit ma formation universitaire et non-formelle selon mes besoins, en communication et éducation/formation, puis en droit européen et science politique (en France, en Allemagne et en Pologne). J'ai repris un cursus en anthropologie et sociolinguistique pour me préparer à une activité de recherche à la croisée des thématiques qui m'occupent : interculturel, didactique des langues, politiques linguistiques-éducatives et études européennes. J'ai ainsi commencé en 2016 une observation participante de la transmission linguistique et culturelle de langues minoritaires.

Je me propose à la représentation des doctorant-es à la Commission de coordination et de gestion pour contribuer à une formation doctorale de qualité, qui permette autant un soutien pendant la thèse, que d'envisager le plus sereinement possible une vie professionnelle ultérieure, dans ou hors de l'Université. Ma carrière d'étudiante et mon activité de formatrice, puis d'enseignante, ainsi que des activités de délégation auprès d'instances universitaires ou d'organisations internationales de jeunesse (éducation populaire et coopération internationale) m'ont rendue sensible à l'importance d'un environnement épanouissant, personnellement et intellectuellement, et permis d’œuvrer en ce sens. J'ai ainsi pu collaborer avec des acteurs variés pour l'orientation ou l'évaluation de programmes adaptés au public visé (sur un volet pédagogique/de formation comme politique ou financier) et je souhaite mettre cette expérience au service des intérêts des doctorant-es de la CUSO. Je m'engage à défendre ces intérêts, dans une posture d'écoute de chacune des parties et de leurs enjeux, et m'engage à être disponible pour les doctorant-es.

Mme Pauline SCHALLER
 
Université de Fribourg
Faculté des lettres et sciences humaines
 
Psychologie
 
paul[email protected]

Jurassienne d'origine, j'ai suivi mes études dans le canton de Fribourg. Ayant 6 plus jeunes frères et soeurs, dont l'un habite Genève et un autre a travaillé à Lausanne, je suis riche de connaître plusieurs cantons romands et me passionne de visiter les cantons restant grâce notamment à la randonnée. De par mon expérience de grande soeur de famille nombreuse, je sais faire preuve de patience et de dévouement pour les autres, et ai toujours plaisir à partager. Dans ma thèse, je m'intéresse à la façon dont notre cerveau traite l'ethnie des visages et à tous les aspects sociaux qui influencent notre perception des différentes ethnies ainsi qu'aux conséquences qui en résultent. Je suis une personne sociable, enjouée, curieuse, efficace au travail, et toujours prête à me lancer dans de nouveaux projets.

Le sentiment de pouvoir agir pour défendre les intérêts de mes collègues de Suisse romande et de porter leurs paroles me réjouit au plus haut point. J'ai toujours eu une grande joie, que ce soit dans un contexte familial, amical ou de travail à discuter pour trouver des accords afin de satisfaire à tous-toutes un maximum. D'avoir l'occasion de découvrir de nouveaux projets à réaliser, de rencontrer de nouvelles personnes, et de pouvoir acquérir de nouvelles connaissances me rempli de plaisir. Par ailleurs, les institutions suisses m'ont toujours beaucoup apporté tout au long de ma scolarité, ce serait un joli retour des choses que de pouvoir les servir à mon tour. Mes rôles d'assistante et de superviseure m'ont permis d'appréhender les attentes des étudiant-e-s et de découvrir certains rouages organisationnels universitaires. J'aimerais mettre ces connaissances et savoir-faire à l'épreuve, d'autant plus dans des desseins tournés vers les autres. De développer un esprit de groupe et d'entraide au sein des doctorant-e-s de Suisse romande est une valeur qui m'est chère. Je vous assure que si j'ai la possibilité de rejoindre cette équipe, je serai extrêmement motivée et assidue. Aussi intéressée et enthousiaste que je le suis pour ce projet, mon travail ne pourra être que remarquable et la voix des doctorant-e-s saura se faire entendre lors des assemblées de la commission.


 
Suppléant·e·s :    

Mme Safia BOUDAOUI
 
Université de Fribourg
Faculté des lettres et des sciences humaines

Histoire et sciences des religions / Études numériques

[email protected]

Après un cursus universitaire en économie et en science politique en France, j’ai travaillé plusieurs années en tant qu'enseignante de sciences économiques et sociales (SES) au sein d'un lycée français. J'ai toujours porté un intérêt particulier aux questions relatives à la religion et aux faits religieux en général. Diplômée d'un master en langue, littératures et civilisations arabes de l'Université de Genève (2018), j'ai eu l'opportunité de travailler sur le Coran dans le cadre de mon mémoire de Master. En novembre 2019, j'ai débuté ma thèse de doctorat auprès de l'Université de Fribourg. Mes recherches portent sur une analyse sémantique du terme coranique "zakât". Il s'agit pour moi de questionner l'acception commune "d'aumône" pour montrer en quoi celle-ci est le fruit d'une construction historique. Au cours des deux dernières années, j'ai eu l'opportunité de participer à quelques formations proposées par les programmes doctoraux dont je suis membre mais également à plusieurs ateliers organisés dans le cadre du programme transversal de développement des compétences génériques. Ces formations et ateliers ont été l'occasion pour moi de développer mes compétences de base en lien avec mon champ de recherche mais également de découvrir de nouvelles compétences à acquérir. Par ailleurs, ces moments de formation m'ont permis de rencontrer des doctorant.e.s d'horizons très variés, et de me rendre compte de ce que nous avons en commun et des difficultés que nous partageons. Cela m'a également permis de mesurer l'importance de la formation doctorale aux différentes étapes de la thèse.
Je serais très honorée de représenter les doctorant.e.s  des différentes universités de Suisse Occidentale auprès de la Commission de Coordination et de Gestion. Ce mandat me permettra de porter la voix des doctorant.e.s et de poursuivre le chemin tracé par les précédents représentant.e.s : Mme Line Derungs et M. Kilian Winz-Wirth.
M. Olivier KIRCHHOFFER  
Université de Genève
Faculté des sciences
 
Sciences pharmaceutiques
 
[email protected]
Je suis un doctorant suisse et français de Bâle (BS), sur le point de commencer ma troisième année de thèse dans le laboratoire du Prof. J.-L. WOLFENDER à l'UNIGE. J'apprécie les activités sociales en dehors du laboratoire, la pratique des langues, les débats politiques et les activités de plein air, entre autres. J'aime également m'impliquer dans des activités associatives, qui sont pour moi un bon moyen de rester ouvert d'esprit et de nourrir ma créativité, tout en me faisant prendre conscience de certaines compétences transférables que je pourrais développer. Être délégué des doctorant·e·s au GCC me permettrait de mettre mes compétences en communication au service de mes pairs et de mes collègues. Mes expériences précédentes au sein de plusieurs associations étudiantes (PhageMed, PhageSciences, UniParty, ...) m'ont aidé à trouver des moyens de représenter une certaine communauté, de rassembler et de défendre leurs idées. Je suis également impliqué en tant que rédacteur scientifique senior dans le journal de vulgarisation TheScienceBreaker de l'UNIGE depuis plus d'un an, où nous cherchons à rendre les histoires scientifiques compréhensibles universellement et où j'ai la chance de communiquer avec des scientifiques d'une pléthore de domaines différents. Dans une autre perspective, j'ai toujours aimé apprendre et pratiquer les langues et je pense que ma maîtrise du français, de l'anglais, du suisse-allemand et dernièrement de l'espagnol peuvent être des compétences supplémentaires utiles lorsqu'il s'agit de représenter un panel de personnes qu'il faut d'abord comprendre. La curiosité est un autre attribut qui, je crois, m'aidera dans la tâche de délégué doctoral au CCG, afin de m'assurer que je peux soulever des points qui peuvent valoir la peine d'être discutés. Enfin, j'aime aussi être bien organisé et rendre des comptes lorsque je prends une certaine responsabilité, car cela implique ma propre fiabilité.
 
Par ailleurs, la période (octobre 2022 à septembre 2024) au cours de laquelle je pourrais assumer les responsabilités de délégué doctoral s'inscrit parfaitement dans le calendrier de mon doctorat, puisque j'ai déjà eu deux années de doctorat pour faire l'expérience directe de la vie d'un doctorant et qu'il me reste encore au moins deux années (généralement jusqu'à 5 ans au total dans mon département) pour terminer ma thèse.

 

résultats complets:

 

Mme Magali Cécile BERTRAND, UNIL, Sciences du langage 33% 147
Mme Pauline SCHALLER, UNIFR, Psychologie 31% 136
Mme Safia BOUDAOUI, UNIFR, Histoire et sciences des religions / Études numériques 28% 122
M. Olivier KIRCHHOFFER, UNIGE, Sciences pharmaceutiques 27% 119
Mme Céline GRAILLAT-MANSUY, UNIFR, Littérature française 23% 100
M. Arnaud BURGESS, UNIL, Science politique 19% 83
M. Grégory MATHEZ, UNIL, Microbiologie 17% 77

 

Voir le rapport sur Qualtrics

 

Extrait de la Convention relative à la CUSO:

Article 9              Commission de coordination et de gestion, composition

La Commission de coordination et de gestion est composée
  a)  d’un membre du rectorat de chacune des universités membres;
  b) de deux représentants pour l’ensemble des institutions universitaires associées à la CUSO au sens de l’art. 2; ces représentants, en principe membres de la direction de leur institution, sont désignés d’un commun accord par les membres associés;
  
c)  du secrétaire général.

Assistent en outre aux séances, à titre consultatif, deux représentant-e-s des doctorant-e-s régulièrement inscrit-e-s dans les différents programmes doctoraux, élu-e-s par leurs pairs selon des modalités définies par la Commission de coordination et de gestion.

La Commission de coordination et de gestion peut accueillir des invités, en particulier d’autres personnes déléguées par les parties ou les institutions associées à la présente convention, ainsi que des représentants d’autres institutions universitaires partenaires au sens de l’art. 15.

La Commission de coordination et de gestion désigne son président parmi les personnes mentionnées à la lettre a) ci-dessus. La durée du mandat est de quatre ans, renouvelable.

Par l'intermédiaire du secrétariat général, la Commission de coordination et de gestion maintient des contacts réguliers avec les faîtières des associations représentatives des étudiant-e-s, du corps intermédiaire et des doctorant-e-s.

 

Article 10              Commission de coordination et de gestion, compétences

La Commission de coordination et de gestion assume, avec l’appui du secrétariat général, la gestion opérationnelle des activités du réseau.

Elle administre les activités communes placées sous l’égide de la CUSO. En particulier, elle :
  a)  veille au bon déroulement des activités organisées par les commissions chargées de mandats au sens de l’art. 6, al. 2;
  b)  décide des crédits mis à leur disposition dans le cadre du budget global adopté par le Conseil académique;
  c)  contrôle la conformité de leur exécution.

La Commission de coordination et de gestion est également chargée de la mise en œuvre des actions de coordination de la CUSO dans tout autre domaine défini par celle-ci.

Elle assure l’exécution des conventions et accords placés sous l’égide de la CUSO, à moins que ces textes n’en disposent autrement.

Dans tous ses domaines de compétence, la Commission de coordination et de gestion peut élaborer des propositions à l’intention du Conseil académique.

6 Les décisions sont prises à la majorité simple des membres présents ayant voix délibérative. La Commission de coordination et de gestion peut valablement délibérer lorsque les deux tiers au moins de ses membres ayant voix délibérative sont présents ou représentés.